Une étude confirme les avantages des suppléments pour ralentir la dégénérescence maculaire liée à l'âge

 

Les études sur les maladies oculaires liées à l'âge (AREDS et AREDS2) ont établi que les compléments alimentaires peuvent ralentir la progression de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), la cause la plus fréquente de cécité chez les Américains âgés. Dans un nouveau rapport, les scientifiques ont analysé 10 ans de données AREDS2. Ils montrent que la formule AREDS2, qui a remplacé le bêta-carotène par les antioxydants lutéine et zéaxanthine, réduit non seulement le risque de cancer du poumon dû au bêta-carotène, mais est également plus efficace pour réduire le risque de progression de la DMLA, par rapport à la formule originale. Un rapport sur l'étude, financé par les National Institutes of Health, publié dans JAMA Ophthalmology. 

"Parce que le bêta-carotène augmentait le risque de cancer du poumon chez les fumeurs actuels dans deux études soutenues par les NIH, notre objectif avec AREDS2 était de créer une formule de supplément tout aussi efficace qui pourrait être utilisée par n'importe qui, qu'il fume ou non", a déclaré Emily Chew. , MD, directeur de la division d'épidémiologie et d'application clinique du National Eye Institute (NEI) et auteur principal du rapport d'étude. "Ces données sur 10 ans confirment que non seulement la nouvelle formule est plus sûre, mais qu'elle est en fait meilleure pour ralentir la progression de la DMLA."

La DMLA est une maladie dégénérative de la rétine, le tissu sensible à la lumière à l'arrière de l'œil. La mort progressive des cellules rétiniennes dans la macula, la partie de la rétine qui fournit une vision centrale claire, conduit finalement à la cécité. Le traitement peut ralentir ou inverser la perte de vision ; cependant, il n'existe aucun remède contre la DMLA.

L'étude originale AREDS, lancée en 1996, a montré qu'une formulation de complément alimentaire (500 mg de vitamine C, 400 unités internationales de vitamine E, 2 mg de cuivre, 80 mg de zinc et 15 mg de bêta-carotène) pouvait ralentir considérablement la progression de la DMLA à partir de maladie modérée à tardive. Cependant, deux études simultanées ont également révélé que les personnes qui fumaient et prenaient du bêta-carotène avaient un risque de cancer du poumon significativement plus élevé que prévu.

Dans AREDS2, lancé en 2006, Chew et ses collègues ont comparé la formulation de bêta-carotène à une formulation contenant 10 mg de lutéine et 2 mg de zéaxanthine à la place. Comme le bêta-carotène, la lutéine et la zéaxanthine sont des antioxydants ayant une activité dans la rétine. La formation contenant du bêta-carotène n'a été administrée qu'aux participants qui n'avaient jamais fumé ou qui avaient arrêté de fumer.

À la fin de la période d'étude de cinq ans de l'AREDS2, les chercheurs ont conclu que la lutéine et la zéaxanthine n'augmentaient pas le risque de cancer du poumon et que la nouvelle formation pouvait réduire le risque de progression de la DMLA d'environ 26 %. Après la fin de la période d'étude de cinq ans, les participants à l'étude se sont tous vu offrir la formation finale AREDS2 qui comprenait de la lutéine et de la zéaxanthine au lieu du bêta-carotène.

Dans ce nouveau rapport, les chercheurs ont suivi 3 883 des 4 203 participants AREDS2 initiaux pendant cinq ans supplémentaires à compter de la fin de l'étude AREDS2 en 2011, recueillant des informations sur la progression de leur DMLA vers une maladie tardive et sur la question de savoir s'ils avaient reçu un diagnostic de cancer du poumon. Même si tous les participants étaient passés à la formule contenant de la lutéine et de la zéaxanthine après la fin de la période d'étude, l'étude de suivi a continué à montrer que le bêta-carotène augmentait de près du double le risque de cancer du poumon chez les personnes qui avaient déjà fumé. Il n'y avait pas de risque accru de cancer du poumon chez les personnes recevant de la lutéine/zéaxanthine. De plus, après 10 ans, le groupe initialement assigné à recevoir de la lutéine/zéaxanthine présentait un risque supplémentaire réduit de 20 % de progression vers la DMLA tardive par rapport à ceux initialement assignés à recevoir du bêta-carotène.

"Ces résultats ont confirmé que le passage de notre formule du bêta-carotène à la lutéine et à la zéaxanthine était le bon choix", a déclaré Chew.

https://jamanetwork.com/

Pour en savoir plus: 

https://jamanetwork.com/journals/jamaophthalmology/article-abstract/2792855