DMLA : des traitements aux dernières avancées de la recherche

La DMLA est une des principales causes de perte de vision chez les personnes âgées de 65 ans et plus. La perte de la vision centrale peut rendre plus difficile l'observation des visages, la conduite automobile ou les travaux de proximité, comme la cuisine ou la réparation des objets de la maison. On estime que la prévalence globale de la DMLA est multipliée par 7 avec l'âge, passant de 4,2 % chez les 45-49 ans à 27,2 % chez les 80-85 ans. Au niveau mondial, on estime que la prévalence augmentera de 20 % entre 2020 (195,6 millions) et 2030 (243,3 millions).

Des protocoles de plus en plus performants

En l'espace de quinze ans, les protocoles pour le traitement des complications de la DMLA ont fortement évolué. Ces traitements ont été initialement validés avec des schémas d'injections systématiques. “Or on s'est  rendu compte que les patients n'avaient pas tous besoin du même nombre d'injections, c'est pourquoi nous avons adopté des stratégies visant à adapter le traitement et sa fréquence au rythme de progression des néovaisseaux chez chaque patient”, précise le docteur en ophtalmologie du CHNO des Quinze-Vingts 

Aujourd'hui, deux méthodes sont privilégiées : soit des injections à la demande avec une surveillance mensuelle du patient et des injections en fonction de ses lésions, ce qui est assez lourd en termes de consultation et de déplacement pour le patient.

Une autre stratégie consiste à faire des injections à chaque visite, en essayant d'espacer ces visites en fonction de l'état des lésions. “Cette stratégie, appelée Treat and Extend, est aujourd'hui la plus économe en nombre de déplacements et de visites, même si elle peut mener à un peu plus d'injections que l'autre approche. Elle est aussi globalement plus efficace en termes de maintien de l'acuité visuelle et de lisibilité pour les patients”, ajoutait-il.

Des chercheurs britanniques ont rapporté que la thérapie par photobiomodulation (PBM) (LumiThera Inc.) chez les patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) sèche a entraîné des améliorations significatives de la meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC) 9 mois après le traitement et que le retraitement à des intervalles de 4 mois ont fourni des améliorations constantes de la fonction visuelle et des signes morphologiques de l'activité de la DMLA sèche et le maintien des avantages des résultats cliniques, selon le premier auteur Ben Burton, professeur honoraire à l'Université d'East Anglia à Norwich, en Angleterre.

L'essai LIGHTSITE II, conçu pour évaluer l'innocuité et l'efficacité de la PBM dans la DMLA sèche, est mené au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie.

Burton, s'exprimant lors du congrès virtuel EURETINA 2021, a expliqué que cette technologie utilise des longueurs d'onde de lumière pour cibler la cytochrome c oxydase de la chaîne respiratoire mitochondriale afin d'activer la production d'énergie et d'améliorer la production métabolique.

En améliorant les activités cellulaires, les paramètres anatomiques et cliniques en bénéficient. La PBM améliore les activités cellulaires qui, à leur tour, ont un impact positif sur les paramètres anatomiques et cliniques.

Le traitement PBM est administré à l'aide d'un système d'administration de lumière (Valeda Light Delivery System, LumiThera Inc.), qui porte le marquage CE dans l'UE. Un nombre croissant de preuves, a noté Burton, soutient la PBM dans le spectre de longueurs d'onde de 500 à 1000 nm en tant que nouveau traitement pour la DMLA sèche.

Les chercheurs ont souligné que les yeux à haut risque de conversion en DMLA humide, c'est-à-dire que l'autre œil présentait une néovascularisation maculaire exsudative, présentaient un taux de conversion de 0 % après le traitement par PBM.

Le traitement PBM n'était également associé à aucune croissance significative de drusen à 9 mois, contrairement au groupe fictif.

Une diminution de 44 % de la croissance de l'atrophie géographique après PBM a été observée à 9 mois.

Aucun problème de sécurité ou de phototoxicité n'a été associé au PBM.

 

https://europe.ophthalmologytimes.com/view/lightsite-ii-study-photobiomodulation-treatment-improves-vision-in-eyes-with-dry-amd